January 20, 2022

Covid-19, ce qu’il faut savoir cette semaine : léger rebond de l’épidémie


Alors que l’épidémie repart doucement à la hausse, l’hôpital est mis en difficulté par le manque d’effectif.

Bonjour,

Avec l’arrivée de l’automne, le rebond de l’épidémie était attendu. Il se confirme cette semaine mais l’avancée de la vaccination devrait changer la donne tout comme l’arrivée probable d’un nouveau traitement. Le médicament oral, développé par le laboratoire Merck pour les personnes à risque, pourrait être distribué en France avant la fin de l’année. C’est une bonne nouvelle car l’hôpital, miné par l’absentéisme, les démissions et burn-out des soignants, est bien mal en point pour affronter une éventuelle nouvelle vague.

Et ailleurs, que se passe-t-il? La Thaïlande rouvre ses frontières aux voyageurs vaccinés, la Chine, qui aurait bien manipulé des coronavirus à Wuhan, construit des centres de quarantaine high-tech et le Mexique bat le record du nombre d’orphelins causés par la pandémie.

Bonne lecture,

Camille Lestienne, journaliste au Figaro

1. L’épidémie repart doucement

Léger rebond. Alors que le taux d’incidence national a dépassé le seuil d’alerte des 50 cas pour 100.000 habitants, la reprise épidémique se confirme en France. Le système hospitalier est pour le moment épargné. Ce rebond n’étonne pas les épidémiologistes et ne les inquiète pas outre mesure. «La couverture vaccinale et l’immunisation naturelle d’une part importante de la population devraient continuer de freiner le virus, estime ainsi Mircea Sofonea. Au niveau mondial, «la pandémie prendra fin lorsque le monde choisira d’y mettre fin«, a estimé dimanche le chef de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus. «C‘est entre nos mains, nous avons tous les outils dont nous avons besoin», a-t-il ajouté, déplorant l’accaparement des vaccins anti-Covid par les pays riches.

Les chiffres à retenir

  • 1038 malades en soins critiques (-11 depuis la veille)
  • 6489 patients hospitalisés (+44 depuis la veille)
  • 6528 nouveaux cas détectés en 24 heures (taux de positivité des tests à 1,7%)
  • 34 décès en 24 heures à l’hôpital (117.589 morts depuis le début de l’épidémie dont 90.502 à l’hôpital)

Source : Santé publique France au 27 octobre

À VOIR AUSSI – Covid-19: «En France, il y a un très léger rebond», observe Gabriel Attal

Le passe sanitaire au Sénat. Malgré le rebond de l’épidémie, la prolongation du passe sanitaire jusqu’à l’été prochain est contestée au Sénat. Philippe Bas, le rapporteur du projet de loi «vigilance sanitaire» a déposé mardi plusieurs amendements et plaide pour une fin de l’état d’urgence sanitaire le 28 février. Selon le sénateur interrogé sur France Info, la date du 31 juillet est «déraisonnable» et «pas démocratique». Sa proposition a été adoptée mercredi par le Sénat qui inclut ainsi une «clause de revoyure» dans le projet de loi.

2. L’espoir d’un traitement

La pilule de laboratoire américain, appelée «molnupiravir» pourrait devenir un outil crucial afin de lutter contre la pandémie. HANDOUT / REUTERS

Pilule anti Covid. Le laboratoire américain Merck (appelé MSD hors des États-Unis) occupe l’actualité cette semaine. Lundi, l’Agence européenne des médicaments annonçait le lancement de l’examen accéléré de la pilule anti-Covid de Merck. Le molnupiravir, un comprimé oral facile à administrer, pourrait devenir un outil crucial dans la lutte contre la pandémie en complément des vaccins. Administré aux patients dans les jours qui suivent un test positif, le traitement réduit de moitié le risque d’hospitalisation. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé mardi avoir passé commande à MSD de 50.000 doses de ce médicament. Le comprimé pourrait être disponible dans les pharmacies françaises avant la fin de l’année et remboursé par la Sécurité sociale pour les patients à risque, âgés ou ayant des comorbidités. Mercredi, le laboratoire se félicitait d’un accord qui pourrait permettre de diffuser largement dans les pays pauvres des versions génériques de son médicament à un prix abordable.

3. L’ hôpital essoré par la crise sanitaire

Les jeunes qui se disent qu’ils ont 42 ans à tenir dans ce milieu, je comprends qu’autant abandonnent… […] La situation à l’hôpital n’a jamais été aussi catastrophique.

Thierry Amouroux, porte-parole du Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI)

Alerte sur l’hôpital. Après les vagues successives de l’épidémie, des soignants épuisés raccrochent. Absentéisme et démissions mettent l’hôpital en difficulté, a reconnu le ministre de la Santé dans un entretien au journal Libération. Un «certain nombre» de services sont aujourd’hui «obligés de fermer temporairement, ou de réduire la voilure, faute de soignants», admet Olivier Véran alors qu’une enquête menée par le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, conclut qu’un lit sur cinq environ serait fermé aujourd’hui dans les CHU et CHR de l’Hexagone. Interrogés par Le Figaro, les représentants des personnels hospitaliers confirment l’épuisement des troupes exacerbé par la crise du Covid. «On a le sentiment que demain va être pire encore», confie Thierry Amouroux, porte-parole du Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI) alors que la logique de suppression de lits, de maximisation de l’efficience semble ne pas s’arrêter malgré le Ségur de la Santé. «Nous ne savons plus maintenir le personnel à l’hôpital.[…] Nous pillons ensuite des pays étrangers pour leur prendre leur médecin. Je trouve cela inique», juge de son côté Patrick Pelloux.

À VOIR AUSSI – 20% de lits fermés dans les hôpitaux? Attal annonce avoir lancé une enquête

4. Vaccination à domicile

Le ministère de la Santé lance un numéro vert pour la vaccination à domicile des personnes âgées de plus de 80 ans. STEPHANE MAHE / REUTERS

Vaccination des seniors. Alors que plus de 51 millions de Français ont reçu une première dose de vaccin contre le Covid-19, environ 13% des personnes âgées de 80 ans et plus n’ont toujours pas bénéficié du vaccin. Pour atteindre cette population fragile, souvent isolée et peu connectée, le ministère des Solidarités et de la Santé a annoncé le lancement d’un numéro vert pour la vaccination à domicile des seniors. Le 0 800 730 957 est accessible de 6h à 22h pour la personne souhaitant se faire vacciner ou ses aidants.

Les chiffres à retenir

  • 51,1 millions de personnes ont reçu une première dose (75,9 % de la population).
  • 49,9 millions de Français ont un schéma vaccinal complet (74,1% de la population).

Source : Direction générale de la Santé au 27 octobre

Vaccination des enfants. Aux États-Unis, un comité d’experts s’est prononcé mardi en faveur de la vaccination des enfants de 5-11 ans avec le vaccin de Pfizer-BioNTech. Si l’Agence américaine des médicaments (FDA) suit cet avis, ce qui est majoritairement le cas, les injections, avec un dosage plus faible que pour les adultes, pourraient commencer dès début novembre. Les experts ont estimé que les bénéfices du vaccin pour cette tranche d’âge l’emportaient sur les risques, les enfants n’étant pas épargnés par les Covid longs et pouvant développer un syndrome inflammatoire multi-systémique pédiatrique (MIS-C).

Troisième dose. L’Agence européenne des médicaments a approuvé lundi l’administration d’une dose de rappel du vaccin de Moderna aux personnes âgées de 18 ans et plus. En France, le ministre de la Santé Olivier Véran a reçu mardi sa dose de rappel. «J’en ai profité pour faire dans le même mouvement et dans l’autre bras la vaccination contre la grippe», a-t-il précisé. Pour l’heure, environ 2,5 millions de personnes sur les 6,8 millions pouvant y prétendre ont effectué leur rappel vaccinal, six mois après leur dernière injection.

5. Et ailleurs?

Les touristes vaccinés vont pouvoir rejoindre sans quarantaine les plages de Phuket à partir du 1er novembre. MLADEN ANTONOV / AFP

Thaïlande. À partir du 1er novembre, la Thaïlande ouvre ses frontières aux touristes vaccinés de plus de 40 pays, dont la France. Attention, souligne Le Figaro Voyage qui a testé le séjour à Phuket, l’entrée en Thaïlande reste un parcours du combattant avec tests PCR payants obligatoires, nuit à l’isolement et contrôles administratifs. Une fois l’épreuve de l’arrivée passée, le touriste peut profiter d’un pays déserté par les 40 millions de touristes annuels qu’il recevait avant la crise. Selon un guide, c’est un retour «au Phuket d’il y a 30 ans».

À VOIR AUSSI – Thaïlande: les touristes vaccinés de retour à partir du 1er novembre

Chine. Pour tout voyageur étranger, l’entrée en Chine ne se passe pas encore de quarantaine. Il pourrait même être isolé dans un de ces grands centres de quarantaine truffés de haute technologie et pilotés par l’intelligence artificielle. Le premier est en construction à Canton et participe à la stratégie zéro Covid organisée d’une main de fer par le régime chinois. Dans les coulisses du pouvoir cependant, certains suggèrent en douceur la nécessité d’ouvrir le pays et de vivre avec le virus d’autant plus que l’efficacité des vaccins locaux contre le variant Delta est mise en doute.

Mexique. Selon une étude statistique de la revue britannique The Lancet, le Mexique pourrait détenir le record d’orphelins causés par la pandémie, devant le Brésil ou l’Inde. Ils seraient des dizaines de milliers. Une «charge supplémentaire pour un système d’aide à l’enfance déjà engorgé et défaillant», souligne pour Le Figaro la journaliste Antonella Francini.

6. Calendrier, passe et masques

Passe sanitaire. Le passe sanitaire est exigé pour se rendre dans les lieux de culture et de loisirs accueillant plus de 50 personnes (cinéma, théâtre, concerts, festivals, etc.). De même pour les restaurants, les bars, à l’intérieur comme à l’extérieur, dans les trains, les cars et les avions, les maisons de retraite et établissements médicaux. Les lieux de culte ne sont pas concernés. Il est obligatoire pour se rendre dans les centres commerciaux de plus de 20.000 m², si le taux d’incidence du département est supérieur à 200. Depuis le 30 septembre, les jeunes de 12 à 17 ans y sont également soumis. Pour rappel, le passe sanitaire n’est pas un certificat de vaccination. Pour qu’il soit valide, il faut être soit totalement vacciné depuis une semaine, soit présenter un test PCR ou antigénique négatif de moins de 72 heures ou une preuve de guérison (un test positif) de plus de 11 jours et de moins de 6 mois. Il se présente sous la forme d’un QR code stocké dans l’application TousAntiCovid ou sous format papier.

Le port du masque est toujours obligatoire dans les lieux clos et à l’extérieur lorsque la distanciation n’est pas possible (marchés, files d’attente, quais de gares, etc.). Certaines communes ont cet été réimposé le masque en extérieur dans certains lieux très fréquentés. Dans les lieux culturels où le passe sanitaire est exigé, il n’est pas obligatoire sauf décision contraire du gérant de l’établissement ou du préfet. Depuis le 4 octobre, il n’est plus obligatoire pour les enfants dans les écoles primaires situées dans les départements où le taux d’incidence est en deçà du seuil d’alerte (50 cas pour 100.000 habitants).

Un certificat pour voyager. Depuis le 1er juillet, les Européens peuvent voyager plus facilement au sein du continent grâce à des preuves certifiées de vaccination ou de tests négatifs rassemblées dans un document unique. En format numérique ou papier. Attention cependant, chaque pays peut continuer d’appliquer des règles spécifiques.

7. Les réflexes à conserver

Le virus se transmet par les gouttelettes et les aérosols. Les gestes barrières détaillés par le ministère de la Santé doivent être observés pour se protéger et protéger les autres:

  • Se laver les mains régulièrement ou utiliser du gel hydroalcoolique
  • Tousser ou éternuer dans le pli de son coude
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique
  • Porter un masque dans les espaces publics quand la distance de deux mètres ne peut pas être respectée
  • Eviter de se toucher le visage
  • Aérer les pièces le plus souvent possible, au minimum quelques minutes toutes les heures
  • Saluer sans serrer la main et arrêter les embrassades

8. Que faire en cas de symptômes ?

La maladie se manifeste par plusieurs symptômes, le plus souvent la toux et la fièvre.

Le plus important est de se faire tester. Selon les recommandations du ministère de la Santé, vous devez, en cas de symptômes, rester à domicile et contacter votre médecin qui vous prescrira un test. En attendant le résultat, vous devez vous isoler, porter un masque et préparer la liste des personnes que vous auriez pu contaminer. Dans le cas où le test est positif, l’isolement doit durer 10 jours à compter des premiers symptômes.

À la semaine prochaine.

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *